En comptant sur l'hospitalité, le voyageur devient-il un parasite ?

En voilà une drôle d’idée…

hospitalité du voyageurCette question que je pose doit vous paraitre bizarre ? Rassurez-vous, d’une certaine manière, elle l’est pour moi aussi… Mais cette question j’ai fini par me la poser sérieusement après avoir lu de nombreux commentaires véhéments envers un certain type de voyageur… ceux qui voyagent sans argent (ou très peu) et qui comptent sur l’hospitalité pour se nourrir et avoir un toit.

Les premières critiques que j’ai pu lire à ce sujet, étaient à l’encontre de Sylvain Tesson et d’Alexandre Poussin lors de leur traversée de l’Himalaya à pied. Voulant voyager léger (aussi bien pour des raisons philosophiques que pour des raisons de sécurité), les 2 aventuriers ont pu réaliser leur aventure en partie grace à l’hospitalité les locaux et des nomades rencontrés. En lisant les commentaires d’articles qui retraçaient cet exploit, j’ai pu découvrir avec stupeur de nombreuses objections du style :

« Demander l’hospitalité alors que les gens ont déjà du mal à se nourrir eux même, c’est une vraie honte !! »

« Quand on est riche on ne se permet pas de prendre la nourriture des pauvres »

« C’est trop facile de voyager et de demander aux autres de vous nourrir …  »

« Ca m’écoeure !! Les voyageurs qui agissent ainsi sont des parasites ! »

Je vous invite donc à réfléchir quelques minutes à ce qui semble pour certains, être un vrai problème d’éthique. Mon avis dans la paragraphe suivant…

A lire : La marche dans le ciel – Partis du Bhoutan, ils se sont sentis tout petits devant l’immensité des montagnes. Six mois et 5 000 kilomètres plus tard, Alexandre Poussin et Sylvain Tesson entraient au Tadjikistan, après avoir accompli la traversée intégrale de l’Himalaya, à pied, d’est en ouest.

Accepter ou demander l’hospitalité ne fait pas du voyageur un parasite !

Pour moi, penser et tenir de tels propos est la marque d’une certaine ignorance. Ce n’est pas une critique, je pense tout simplement qu’ils ne savent pas ce qu’est le Voyage, et aussi qu’ils raisonnent avec la mentalité occidentale où tout est basé sur l’échange d’argent.

Dans de nombreuses cultures (dans les pays musulmans en particulier), et même dans nos vieilles traditions (le pèlerin de Compostelle par exemple), le voyageur est une personne respectée. C’est toujours un honneur de recevoir un voyageur. Jamais il n’est perçu comme un parasite, bien au contraire. Il véhicule des informations, il partage sa culture et ses connaissances… Il y a toujours un échange qui se crée. Et au delà de ça, à votre avis, pourquoi les gens viennent en aide aux voyageurs ? Tout simplement parce qu’aider les autres c’est aussi se faire du bien.

Et contrairement à ce que l’on peut penser, ce n’est pas se reposer sur la facilité que de voyager en demandant l’hospitalité. Il est toujours très difficile de demander, de remettre son avenir et sa sécurité sur le bon vouloir des autres.

Souvenez vous de ce proverbe : « Donner, c’est l’honneur; Demander, c’est douleur »

Quelques règles de bonne conduite à destination du voyageur

  • N’insistez jamais. Si votre potentiel hôte semble mal à l’aise, ne lui forcez pas la main.
  • N’allez pas chez les gens si vous êtes plus de 2 personnes.
  • Ne restez pas plus d’une nuit (sauf si l’hôte renouvelle son invitation).
  • Sortez des circuits touristiques.
  • Faites de cette rencontre improbable une moment mémorable pour votre hôte.
  • Dans la mesure du possible, laissez une trace de votre passable (cadeau, souvenir, photo, etc.)
  • Et le plus important, apportez joie, sourire et bonne humeur !!!
>