Coronavirus : le kit de survie économique pour travailleurs indépendants

[Mise à jour: ce post a été rédigé et mis en ligne le 12 mars, quelques heures avant la 1ère allocution du Président… Même si certains conseils sanitaires sont maintenant devenus des mesures obligatoires, vous trouverez des recommandations business utiles pour protéger votre activité]

Kit pour survivre au coronavirus

Alors que le coronavirus covid-19 est loin d’avoir atteint son pic épidémiologique, la France va s’enfoncer dans une crise économique sans précédent.

Je travaille avec une base restreinte de clients… mais j’ai pu voir que bon nombre d’entre vous, si vous n’êtes pas encore fortement impactés, sont parfois paniqués par la situation.

Et ça peut se comprendre.

J’ai passé plusieurs heures au téléphone hier à prodiguer des conseils et à mettre en place une stratégie « de survie économique » au coronavirus avec une cliente que je coache.

Parce que je pense que la solidarité est la meilleure option en cas de crise – quelle que soit sa nature – je vais partager avec vous le fruit de cette discussion.

Vous découvrirez entre autres, comment utiliser internet pour adapter votre activité pour survivre économiquement au coronavirus.

Sécurité sanitaire

Avant tout chose, revenons aux fondamentaux.

pyramide de Maslow
La pyramide de Maslow

Avant de chercher à préserver son business, et il primordial de préserver ses besoins physiologiques et ses besoins de sécurité…

Nous ne sommes pas en cas de guerre (au sens militaire du terme). Il y a de la nourriture pour tout le monde. Suffit de passer au supermarché, ou encore mieux, de passer commande sur internet et d’aller chercher vos courses au drive… donc, pas de panique à avoir de ce côté-là.

Non. La priorité actuelle est de préserver votre santé.

Si vous tombez malade… vous ne pourrez plus bosser.

Logique.

Il est donc impératif d’appliquer les recommandations sanitaires et les gestes barrières.

1) Évitez au maximum tout contact physique (on ne se serre plus la main, on ne fait plus la bise, on se tient à 2 mètres des gens)

2) Lavez-vous régulièrement les mains avec du savon (ou utilisez du gel hydroalcoolique)

3) Appliquez la distanciation sociale (on reste chez soi quand on peut, et on voit le moins de monde possible)

Ce dernier point est primordial si nous voulons éradiquer l’épidémie !

Petite digression

  • Lisez cet article si vous voulez comprendre la propagation exponentielle d’un virus.
  • Vous avez l’impression que le gouvernement français en fait trop… Lisez ceci et vous comprendrez (1) qu’il agit trop tard, et (2) avec des mesures pas assez fortes (Traduction ici).

Alors, comment faire pour appliquer au mieux ces distanciations sociales dans votre activité professionnelle ?

1) Annulez tous vos rendez-vous physiques

Vous êtes psychologues ? Ne recevez plus dans votre cabinet.
Vous êtes consultant ? Ne vous déplacez plus dans les entreprises.
Vous êtes formateur ? Annulez votre formation.

La solution est de passer en mode visioconférence.

Certes, c’est moins convivial, mais ce n’est pas moins efficace.

C’est juste une habitude à prendre.

Utilisez des outils comme Skype, Zoom, Whereby, Loom ou tout simplement WhatsApp.

2) Évitez les lieux publics

Vous êtes freelance et vous avez l’habitude de bosser dans un espace de co-working ? N’y allez plus. Restez chez vous.

Dites-vous que cela vous fera faire des économies… et croyez-moi, vous allez en avoir besoin.

3) Quittez Paris si vous pouvez

Paris est une grosse ville, avec une forte densité de population, et ouverte sur le monde (avec ses aéroports). À terme, la propagation du virus risque d’y être plus forte qu’ailleurs.

(L’Île-de-France est d’ailleurs le seul département de France métropolitaine où l’on vaccine les nourrissons contre la tuberculose… ce n’est pas pour rien)

Donc, si vous avez une résidence secondaire à la campagne… allez-y. Avec votre propre voiture (sans prendre les transports en commun).

Sécurité économique

En fonction des mesures qui vont être prises – et si vous avez lu les articles mentionnés plus haut, vous avez compris que le gouvernement n’est pas été assez strict en matière sanitaire – l’épidémie de coronavirus va durer plus ou moins longtemps…

C’est donc une épreuve d’endurance qui commence.

Je suis personnellement adepte d’un business minimaliste, je suis donc parfaitement armé pour faire face à cette situation…

Si ce n’est pas votre cas, il va falloir vous adapter.

Et vite !

1) Surveillez vos dépenses

Commencez dès maintenant à couper dans vos charges.

Faites le tour de toutes vos dépenses, et supprimer tout ce qu’il n’est pas impératif au fonctionnement de votre activité.

Ne gardez que le minimum viable à votre activité !

– Si vous utilisez un ou plusieurs logiciels SaaS, assurez-vous d’avoir besoin de toutes les fonctionnalités ? N’existe-t-il pas une autre formule moins chère ?

– Vos abonnements aux sites et services d’informations comme LeMonde, Medium, Koober, etc. sont-ils vraiment indispensables ?

– Est-il vraiment nécessaire de faire appel à vos aides administratives (experts-comptables) ou vos conseillers juridiques (avocats) durant les prochains mois ? Se passer de leurs services, c’est plusieurs centaines d’euros économisés tous les mois.

– Ne pouvez-vous pas vous passer des services de la personne qui vient nettoyer votre cabinet / votre bureau ?

– L’hébergement de votre site internet n’est-il pas surdimensionné par rapport à vos besoins ? Et les plug-ins payants de votre site wordpress sont-ils nécessaires ?

Etc.

Passez tout au crible. Et soyez sans pitié avec les coûts.

Bon à savoir
Le gouvernement a mis en place des mesures exceptionnelles pour soutenir les entreprises, comme un délai de paiement de vos cotisations sociales et fiscales.N’hésitez pas à y avoir recours… Il y primordial de préserver au maximum votre trésorerie.

2) Faites vous payer immédiatement

Si vous avez de l’argent dehors… allez le chercher tout de suite !

Dans quelques jours il sera peut-être trop tard.

Et si cela vous demande trop de temps, tant pis… vous verrez plus tard.

Mieux vaut consacrer votre énergie et votre temps à adapter votre activité à la crise, plutôt que de courir après un argent que vous ne reverrez probablement jamais.

Le plus important…

À partir de maintenant, n’acceptez plus aucun travail si votre client ne paye pas AVANT le début de la prestation (fini les 50% avant commande – 50% après livraison, fini les délais de 30 jours ou plus).

Privilégiez également le client qui va payer en 1 fois, plutôt qu’en plusieurs mensualités… quitte à accepter un contrat plus petit.

L’important n’est plus ce que vous facturez… mais ce que vous faites rentrer sur votre compte en banque.

.

3) Rendre votre activité compatible avec le coronavirus

Vous allez devoir faire preuve d’adaptation… et faire appel à votre imagination.

Posez-vous les questions suivantes :

a) Comment je peux adapter mon activité sachant que mes clients risquent d’avoir des problèmes de revenus, tout en tenant compte des consignes de distanciation sociale (voir de confinement) ?

b) Si vous travaillez dans un secteur totalement sinistré (tourisme, loisirs, restauration, etc.), quels repositionnement ou changement d’activité pouvez-vous faire avec vos ressources actuelles ?

c) Et éventuellement, avec vos compétences et vos moyens actuels, n’existe-t-il pas une opportunité d’activité liée à la crise ?

Voici 3 exemples pour vous donner quelques idées…

Exemple 1 – Passer au digital

– Vous êtes professeur de guitare.

(Pour l’exemple je prends un professeur de guitare, mais le passage au digital fonctionne très bien pour les coachs, les thérapeutes, les formateurs, les consultants, etc.)

Avec le niveau de contagion du virus, qui va payer pour un cours particulier ?

Personne.

Et même pour votre santé… avez-vous encore envie de donner des cours particuliers ?

Bien sûr que non.

– Solution 1 : Vous pouvez donner vos cours en direct avec un logiciel de visioconférence.

Facile à mettre en place. Investissement 0€.

– Solution 2 : Pour compenser la perte de clients, vous pouvez lancer des cours de guitare en ligne, que vous vendez sur internet sous forme de cours vidéo.

Il vous suffit d’un micro pour la prise de son (que vous avez peut-être déjà). Vous vous filmez avec votre smartphone (on trouve des trépieds à partir de 10€). Et vous hébergez vos formations sur un site comme Podia.

Ensuite vous contactez toute votre base d’élèves pour leur proposer vos cours vidéos (d’une durée de 2 heures) pour 20€ l’unité (il faut que le prix soit inférieur à une heure de cours particulier).

Avec votre nouvelle offre, tout le monde est gagnant.

Pour moins cher qu’une heure de cours particulier, vos élèves peuvent acheter 2 heures de cours vidéo (qu’il peuvent revoir à l’infini).

Vous travaillez 1 fois 2 heures pour enregistrer votre cours… et vous pouvez le vendre un nombre infini de fois (en mode automatique).

Exemple 2 – Changer de cible client ou d’activité

– Vous êtes guide touristique à vélo

Votre clientèle est composée à 90% de touristes étrangers qui veulent découvrir les richesses de votre ville à vélo.

Si vous ne changez pas d’activité, vous n’êtes pas prêt de retravailler… Le tourisme est mort pour un petit moment.

Solution : Devenez livreur à domicile

Utilisez votre vélo pour livrer les plats des restaurants au domicile des particuliers.

Si des services comme Deliveroo ou Uber Eats ne sont pas présents dans votre ville, associez-vous avec 2-3 restaurants.

Exemple 3 – Créer une activité spéciale crise

– Vous êtes consultant en management pour les entreprises
(ou en organisation, ou en stratégie, etc.)

Une bonne partie de vos clients vont faire face à une baisse sévère de leur activité, et vont devoir mettre au chômage partiel une bonne partie de leurs effectifs.

Qui va continuer de faire appel à vos conseils en management ?

Personne.

Solution : Devenez Cost Killer (un chasseur de coût).

Vous passez au peigne fin toutes les dépenses de l’entreprise… pour identifier les coupes (et donc les économies) que votre client peut réaliser.

Utile en période de crise, non ?

Et pouvoir ne pas vous rémunérer uniquement sur les économies que vous réalisez.

Tarif de la mission : X% d’un mois d’économies.

Comme ça, c’est zéro prise de risque pour votre client.

.

Conclusion

Je voudrais conclure en rappelant 2 choses.

1) Ne jugez pas la situation que nous vivons à travers le prisme de vos peurs et de vos émotions…

Vous risqueriez de ne pas voir des opportunités se présenter.

Dans la vie, rien n’est finalement Bon ou Mauvais.

C’est votre manière de réagir qui va donner du sens à ce que vous vivez, et à ce que vous vivrez.

Je vous invite à lire ce conte zen du « paysan et du cheval blanc ».

.

2) Et surtout.

Continuez de servir vos clients avec passion !

.

Chers collègues, chers clients, chers partenaires, chers tous… je suis persuadé que nous sortirons grandis de cet événement (nous aurons l’occasion d’en rediscuter une fois l’épidémie terminée).

Avec toute mon amitié bisous

À propos de l'auteur de cet article

Hey... Je suis Alexandre Rousselle.

Véritable fan de marketing (si si, je vous jure ça existe), je gagne ma vie sur internet depuis 2002. J'accompagne les indépendants et les entrepreneurs passionnés à développer leur activité sur internet.

>